samedi 7 avril 2018

Les natures mortes à l’élixir végétal de Stéphane Capitrel

Nous avions déjà consacré un article à la représentation de la Chartreuse en peinture, sous la forme de natures mortes. Assurément nous ne connaissions pas Stéphane Capitrel qui s’en est fait une spécialité. Il suffit de consulter son site pour s’en rendre compte et ce plus largement que pour les vieux flacons de liqueur des Chartreux qu’il reproduit avec un sens certain du détail et de la composition… En lien avec sa démarche Stéphane a été invité à participer à une exposition sur le thème du silence au musée de la Grande Chartreuse, occasion pour laquelle il a composé des toiles évoquant une dimension plus spirituelle.
 
Il a accepté de nous présenter son parcours, son approche et de nous faire part de considérations personnelles quant à la chartreuse, ce dont nous le remercions.
 
« Stéphane Capitrel, né à Lyon le 7 août 1959. Peintre professionnel depuis 34 ans, après un passage aux beaux-arts de Lyon et un apprentissage en atelier.
Mes réalisations sont autant dues à ma formation (classique) qu’à un idéal basé sur la contemplation. J’aime peindre jusqu’aux imperfections pour les rendre encore plus vraies et séduisantes.
Lieux d’expositions: Genève, Biarritz, Pau, Megève, Mougins, Lyon, etc...
 
Mozart, Stéphane Capitrel
Les bouteilles de Chartreuse ont cette particularité qu’elles changent de couleur en fonction de leur âge mais aussi de leur flacon.
 
Ainsi c’est un cercle chromatique qui passe du jaune à un brun plus ou moins affirmé et du vert Véronèse au vert émeraude, presque noir comme si nous étions en présence d’un kaléidoscope végétal.
 
La Grande Chartreuse, Stéphane Capitrel
Voici donc deux exemples d’interprétation possible passant d’un sujet festif s’inspirant d’un fin de repas à un sujet plus austère représentant la solitude de la contemplation où l’on se perd dans les reflets et les couleurs, où le jaune et le vert se fondent, parfois jusqu’à l’illusion…
 
Mais je pense que mes toiles parlent mieux que moi…»

Voir aussi :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire