jeudi 19 septembre 2019

Santa Tecla 2019

L'édition 2019
La Santa Tecla se tient cette année du 13 au 24 septembre à Tarragone. L'affiche représente un casteller, une des figures emblématiques des fêtes et de son folklore populaire traditionnel. Ils forment les “châteaux”, ces fameux empilements humains si caractéristiques, qui peuvent atteindre jusqu'à neufs étages. Ces castellers sont constituées à la manière d’associations de quartier, il y en a quatre équipes dans la ville, portant chacune une couleur distinctive...  En arrière plan on reconnaît la rosace de la cathédrale de Tarragone.

Cuvées spéciales
Comme chaque année, des cuvées spéciales de Chartreuse Jaune et Verte sont produites à l’occasion de la Santa Tecla, la jaune titrant 43° depuis la fin des années 2000. Les bouteilles portent l'affiche officielle en contre-étiquette et sont destinées au marché catalan. A venir découvrir en dégustation le 12 octobre prochain aux caves Bossetti !
 
 
En 2019 on commémore également les 25 ans des barrilets, ces récipients destinés à la mamadeta, un assemblage local de chartreuse et de granité : "La beguda de les fetes", la boisson pour ainsi dire officielle des festivités.
 
 
Voir aussi :

jeudi 12 septembre 2019

Dégustation le 12 octobre

Le grand festival du club des Fous de Chartreuse aura lieu le samedi 12 octobre prochain aux caves Bossetti. Selon un format en partie renouvelé et centré sur la sortie de l'ouvrage "Chartreuse la liqueur", ce sera aussi l'occasion de commémorer les 20 ans du Club des Fous de Chartreuse.

Au programme donc, séance de dédicaces du livre, dégustation de Chartreuse et autres produits des Pères et bien entendu un moment de partage et de convivialité entre amateurs.

En dégustation, 11 jéroboams avec comme toujours de bien belles pièces : les cuvées des Fous de Chartreuse éditions 2019 et 2018, des exemplaires uniques de Santa Tecla 2019 et... une cuvée du Docteur Berger, un assemblage de VEP mise 2012.
 
 
Retrouvez le programme détaillée sur le site des caves Bossetti et venez nous rendre visite le 12 octobre.
 
Voir aussi :

dimanche 8 septembre 2019

Formats peu communs d'élixir végétal

En matière d'élixir végétal l’insolite n’est jamais bien loin. Après les objets promotionnels, aperçu de présentations peu communes du fameux flacon des Pères Chartreux au travers des époques.

La taille du flacon varie
On connaît le format désormais classique de 10 centilitres, il en fut d’autres. On constate notamment des flacons de 8 centilitres pour le marché français dans les années 1960, puisque la mention Chartreuse Diffusion n'apparaît pas, et ultérieurement sur le marché italien, cf. photo ci-dessous. Il y avait également différentes contenances lors de la période Tarragone et plus anciennement, la gamme du début du vingtième siècle comptait une déclinaison en 8, 12, 16 et 20 centilitres aux tarifs de 2 à 5 francs. Enfin le produit fut décliné en de très petites fioles, vraisemblablement dans les années 1904-1920...



Format flask
Ce rare format de 20 centilitres fait référence aux contenants métalliques que l’on peut glisser dans une poche et ainsi aisément transporter.
Il est plus traditionnellement destiné aux liqueurs jaunes et vertes, si bien que l’on peut se questionner quant aux circonstances de production de cette version pour l'élixir...

"DIGESTIF", titrage 71° en rouge, "Cie Fermière de la Grande Chartreuse"
L’étui se décline
Si le conditionnement dans un étui caractéristique en bois est une constante dans la présentation de l'élixir depuis le dix-neuvième siècle, il y a comme chaque fois des exceptions à la règle… Du fait de pénuries et rationnements, durant la deuxième guerre mondiale, l’étui fut remplacé par un cylindre en carton. Plus tardivement, une série en étuis de polystyrène au design propre fut commercialisée  priori à destination des pharmacies, puis en 1979 et de façon provisoire, des étuis plus classiques mais en plastique...

Etui polystyrène, étiquette rouge, flacon 8cl marché italien et étui en plastique 1979 100ml

 
Outre les variantes dans les mentions des étiquettes et les différents livrets insérés avec les flacons des Pères Chartreux, il faudra encore s’intéresser aux slogans et arguments commerciaux mis en oeuvre pour promouvoir l’élixir au fils du temps...

Voir aussi :

lundi 15 juillet 2019

Au Musée Dauphinois, se tenait du 29 mars au 29 juin l'exposition "L'ivresse des Sommets" consacrée aux eaux-de-vie, liqueurs et autres breuvages des Alpes !

"Chartreuse, génépi, absinthe, gentiane, Cherry et tant d’autres, tous ces spiritueux dont la renommée dépasse largement nos frontières, sont nés sur ce territoire et résultent d’une alchimie de la flore alpine et de savoirs ethnobotaniques hérités de longue date. Les systèmes productifs - monastiques, domestiques, artisanaux ou industriels - appartiennent à notre patrimoine agro-alimentaire alpin. Mais un patrimoine bien vivant puisque aujourd’hui, relancées par les sports d’hiver et le tourisme de montagne, les distilleries en Dauphiné et en Savoie constituent l’un des fleurons de l’économie régionale."


Une exposition riche et illustrée de nombreux objets de collection, vieilles bouteilles et publicités anciennes, dans une scénographie variée et colorée, illustrant le constat que "les liqueurs ont donné naissance à une riche culture iconographique et matérielle".
 
Par construction la part belle est faite à la liqueur des Pères Chartreux avec d'anciens flacons et documents promotionnels et des références à la liqueur cartusienne dans la culture populaire... "Grâce aux collections rassemblées exceptionnellement  et à la collaboration des entreprises et de spécialistes, l’exposition approfondit la connaissance de la culture des alcools, les innovations résultant de l’histoire du goût et l’évolution des modes de consommation au cours des siècles".

C'est notamment l'occasion d'en savoir davantage sur le processus de fabrication des étuis en bois de l'élixir végétal :
 
Les différentes étapes de la fabrication des étuis d'élixir
 
... et sur la datation des étuis dits "bûche de bois" pour l'emballage de liqueur de chartreuse jaune ou verte (1976).

Enfin une exposition attenante dédiée aux Jeux Olympiques de Grenoble de 1968 faisait également référence à la chartreuse via les mignonnettes spécialement conçues pour l'occasion et désormais objet de collection, plus abordables que les cuvées de VEP...
 
 
Voir aussi :



dimanche 10 mars 2019

Ensemble promotionel à destination des cavistes (1960's)

Bel ensemble déniché par Alain, un collectionneur averti. Il s'agit d'un lot encore conditionné dans son carton d'origine intact  et qui présente le double intérêt d'être un ensemble complet de produits publicitaires usuellement rencontrés individuellement et, qui plus est, en état neuf.
 
On y trouve un assortiment d'objets promotionnels divers et de PLV - publicité sur le lieu de vente - à destination de cavistes et autres distributeurs professionnels :
  • Des bouteilles factices de liqueurs jaunes et vertes
  • Une PLV cartonnée pour mettre en valeur les bouteilles
  • Des cartons décoratifs à apposer sur les flacons "Chartreuse aux herbes des montages" et d'autres en forme de verres promouvant le dégustation  "... à la glace pilée"
  • Un livret publicitaire détaillant l'histoire des liqueurs de Pères Chartreux et des recettes de cocktails.
  • Une affiche reprenant une étiquette bicolore de la chartreuse
  • Des supports cartonnés pour afficher prix des différentes liqueurs
Ce lot illustre donc les moyens publicitaires mis en œuvre à une période donnée, en l'occurrence la période des années 1956-1964 au vu de la présentation des bouteilles.
On note la cohérence visuelle entre les différentes déclinaisons avec l'évocation de la Grande Chartreuse, de ses caves et montagnes et également la mise en avant de caractéristiques identitaires de la liqueur des Pères Chartreux et sa composition notamment son "long vieillissement" et ses "fines eaux-de-vie de vin" !
 
Remarque de la personne qui a ouvert le carton : "Les cavistes devaient « rendre » à Chartreuse les décors de vitrines après utilisation. C’était indiqué sur les notices." 
[ Merci à @alain.pras_ !]