samedi 7 avril 2018

Les natures mortes à l’élixir végétal de Stéphane Capitrel

Nous avions déjà consacré un article à la représentation de la Chartreuse en peinture, sous la forme de natures mortes. Assurément nous ne connaissions pas Stéphane Capitrel qui s’en est fait une spécialité. Il suffit de consulter son site pour s’en rendre compte et ce plus largement que pour les vieux flacons de liqueur des Chartreux qu’il reproduit avec un sens certain du détail et de la composition… En lien avec sa démarche Stéphane a été invité à participer à une exposition sur le thème du silence au musée de la Grande Chartreuse, occasion pour laquelle il a composé des toiles évoquant une dimension plus spirituelle.
 
Il a accepté de nous présenter son parcours, son approche et de nous faire part de considérations personnelles quant à la chartreuse, ce dont nous le remercions.
 
« Stéphane Capitrel, né à Lyon le 7 août 1959. Peintre professionnel depuis 34 ans, après un passage aux beaux-arts de Lyon et un apprentissage en atelier.
Mes réalisations sont autant dues à ma formation (classique) qu’à un idéal basé sur la contemplation. J’aime peindre jusqu’aux imperfections pour les rendre encore plus vraies et séduisantes.
Lieux d’expositions: Genève, Biarritz, Pau, Megève, Mougins, Lyon, etc...
 
Mozart, Stéphane Capitrel
Les bouteilles de Chartreuse ont cette particularité qu’elles changent de couleur en fonction de leur âge mais aussi de leur flacon.
 
Ainsi c’est un cercle chromatique qui passe du jaune à un brun plus ou moins affirmé et du vert Véronèse au vert émeraude, presque noir comme si nous étions en présence d’un kaléidoscope végétal.
 
La Grande Chartreuse, Stéphane Capitrel
Voici donc deux exemples d’interprétation possible passant d’un sujet festif s’inspirant d’un fin de repas à un sujet plus austère représentant la solitude de la contemplation où l’on se perd dans les reflets et les couleurs, où le jaune et le vert se fondent, parfois jusqu’à l’illusion…
 
Mais je pense que mes toiles parlent mieux que moi…»

Voir aussi :

vendredi 9 mars 2018

Dégustation des Fous de Chartreuse, la vidéo !

Voici le reportage vidéo du blog réalisé à l'occasion de la dernière journée des Fous de Chartreuse aux caves Bossetti, en complément de l'article et histoire de s'en remémorer l'ambiance et les bons moments.



La vidéo a été tournée et réalisée par Vincent : mille mercis à lui !

Voir aussi :

lundi 8 janvier 2018

Dégustation automne 2017

Le 7 octobre dernier rendez-vous était donné aux caves Bossetti pour leur dégustation cartusienne annuelle et une fois de plus ce fût une belle journée, placée sous le signe de la convivialité et de la liqueur des Pères Chartreux. Philippe nous annonçait une immersion pour cette nouvelle édition, elle eût bel et bien lieu. Merci à lui et l'équipe des caves pour cette magnifique journée ! 
 

Cette année le blog couvrait l'événement caméra au point pour retranscrire l'ambiance de cette journée parmi les amateurs de la reine des liqueurs. Le résultat sera diffusé prochainement... Un merci tout particulier donc au caméraman, Vincent, qui est en train de finaliser le montage.

Bref aperçu des animations proposées, en attendant les images tournées sur place :
  • Pas moins de dix jéroboams trônaient sur le stand de dégustation : à gauche les Santa Tecla de l'année, en exemplaires uniques dans ce format. Belle part était faite également aux cuvées des fous de chartreuse avec notamment la cuvée 2013, pour son ultime apparition, et l'édition 2017 qui pour la première fois n'est plus un assemblage épiscopal mais une jaune, et une belle.
  • Sur le stand du blog les visiteurs pouvaient goûter la cuvée Tau pourtant réservée à la vente uniquement à Tarragone mais qu'un ami nous a gentiment ramené. Dans la lignée des éditions précédentes des amateurs étaient venus partager quelques beaux flacons...
  • Du côté du buffet, comme d'habitude de bien bonnes choses : le désormais incontournable foie gras de Philippe à la chartreuse et truffe mélanosporum et la grosse terrine de frère Tuck mais aussi rillettes de cochon, crème de sardine et encore velouté froid de légumes anciens à la gentiane. Un fou de chartreuse et fidèle de l'événement eut la bonne idée de ramener du pecorino au piment dans le but de tenir tête à la chartreuse verte, un intéressant accord.
  • Avec le café, d'excellents macarons à la Chartreuse verte et guimauves, avant d'aller faire une petite promenade dans le quartier pour continuer les découvertes...
  • Chez Mazet on s'est régalé avec une petite douceur chocolatée accompagnée de Santa Tecla 2013. Un glacier M.O.F. un peu givré a eu la bonne idée de nous faire redécouvrir le gout de deux chartreuses disparues (orange et myrtille) au travers de glaces conçues spécialement pour l'occasion.
  • Les équipes de Chartreuse Diffusion étaient de la partie, merci à Bertrand et Philippe de leur disponibilité.
  • L'affluence fut soutenue tout au long de la journée, la communauté des fous de chartreuse bien présente et les visiteurs, dont certains novices, avais l'air tous ravis.
  • Un peu de teasing a été fait pour l'an prochain :)
 
Voir aussi :

lundi 2 octobre 2017

Collection de chartreuses de Tarragone

Joan Garcia est un collectionneur et un passionné de chartreuse et de son histoire, avec un intérêt particulier pour les liens qu’elle entretient avec Tarragone. Lecteur du blog, il a eu la gentillesse de partager avec nous les photos ci-après où il commente de beaux et vieux flacons de liqueur des Pères Chartreux.

 «Vieille et très rare bouteille d’un litre de Chartreuse jaune des premières années de production des pères Chartreux à Tarragone (1904-1930). Cette rareté a été achetée à un antiquaire de Barcelone, qui l’a trouvée cachée dans un ancien bar de la province de Gérone ; elle avait été oubliée au fond de la cave depuis le début du XXe siècle. Le bouchon est couvert par une cire brunâtre et la liqueur présente de beaux reflets cuivrés. Le niveau d'alcool est exceptionnellement élevé pour une bouteille de cette époque, avec la double étiquette sous laquelle est écrit en espagnol :
« AVIS : Provisoirement, et à cause des circonstances actuelles, nous présentons notre liqueur avec la bouteille normalement destinée à l’exportation ».

On peut donc s’interroger sur quelles étaient ces mystérieuses « circonstances ».



Vieille bouteille de Chartreuse fabriquée à Tarragone en 1945. Elle présente une contre-étiquette faisant la publicité des premières bouteilles de Brandy Car.
On peut lire écrit en espagnol :
« Essayez notre BRANDY-CAR « LA TARRAGONESA » fait avec les mêmes alcools utilisés pour notre CHARTREUSE. Il est un excellent digestif après les repas. Prenez le mélangé à l’eau de Seltz comme pour un whisky ».

Chartreuse jaune La Fabiola (1968-1973) avec une très rare contre-étiquette destinée au marché sud-américain, particulièrement à la République du Pérou.
On peut lire écrit en espagnol :
« BUREAU DES VINS ET SPIRITUEUX IMPORTÉS LIMA - Pérou CHARTREUSE, S.A.E. TARRAGONA (España) Importé par FRANCISCO MARTÍNEZ P.S.A. LIMA - Pérou ».  
On peut lire également au niveau du bouchon : « REPUBLICA PEROUANA - LICORES IMPORTADOS ».


Rares mignonettes de Chartreuse verte et jaune avec bouchon de liège (années 1940). La verte présente une étiquette "4 centimos" sur le bouchon.
 
[Clichés et notes de Joan Garcia, un grand merci !]

mercredi 27 septembre 2017

Dégustation le 7 octobre 2017

Le grand festival du club des Fous de Chartreuse se tient le 7 octobre prochain aux caves Bossetti à Paris. Philippe nous a comme à l'accoutumée concocté un très beau programme de dégustation. Venez nombreux !


 
Découvrez l'intégralité du programme de la journée sur le site des caves Bossetti.

Voir aussi :

dimanche 17 septembre 2017

Santa Tecla 2017

Du 14 ou 24 septembre, processions populaires et réjouissances festives battent leur plein à Tarragone en l'occasion des fêtes annuelles de la Santa Tecla.

Cette édition est notamment dédiée à deux entités du riche folklore de la cité catalane : la Mulassa et le Ball de Bastons. Il y est fait référence sur l'affiche officielle et l’on retrouve la lettre "T" emblématique de la ville sur le visuel.

Les cuvées spéciales pour l'édition 2017
Comme chaque année la chartreuse est célébrée lors de la Santa Tecla, avec l’habituel binôme de chartreuses vertes et jaunes spécialement conçues et qui reprennent le visuel des fêtes en tant que contre étiquette.
Au total, 1300 bouteilles de Chartreuse jaune, titrant toujours 43°, et 200 Chartreuse verte ont été fabriquées pour le marché espagnol. A noter une sensible augmentation des tarifs pratiqués sur le marché espagnol relativement aux années précédentes...
 
La Tau, une bouteille dédiée à Tarragone
Il s'agit d'une nouvelle cuvée, la "Tau", une chartreuse épiscopale, soit un mélange de chartreuse jaune avec une touche de verte, conformément aux gouts du public catalan dont les faveurs vont davantage à la liqueur jaune.
5000 flacons d'une chartreuse titrant 44° seront commercialisés, mais uniquement dans la région de Tarragone. La démarche est "un moyen de remercier pour tant d'années de relations entre la ville et la marque", selon le représentant de Chartreuse à Tarragone, Carme Rodríguez.
L'étiquette de la cuvée conjugue les couleurs de la liqueur et celles de la ville catalane et en reprend son symbole "Tau" éponyme. La contre étiquette illustrée d'une photographie ancienne de la distillerie tarragonnaise précise l'année de mise en bouteille.



E viva Santa Tecla !
 
Voir aussi :

lundi 21 août 2017

Voyage des Fous de Chartreuse 2017

Fin juin, les Fous de Chartreuse se rendirent dans le Dauphiné pour un voyage convivial placé sous le signe de leur liqueur favorite.
  
6 ans après
Une petite assemblée de vert et de jaune vêtue se retrouve devant la gare de Grenoble en ce dimanche matin. Depuis la précédente édition de ce qu'il convient de nommer le pèlerinage de Fous de Chartreuse, six années se sont écoulées. Entre temps la communauté a visiblement prospérée puisque cette année, ce seront deux fois une soixantaine de personnes - vignerons, cavistes, restaurateurs, sommeliers, etc. - qui auront le privilège de parcourir les terres de la Chartreuse. Outre l’intérêt partagé pour la Chartreuse et un programme aux petits oignons, c’est dans la diversité de ce groupe que se trouve une des richesses de ce voyage… Une fois l’équipée au complet, direction le col de Porte. Hôtel Cartusia, nous voilà.



Un programme très riche
Tel qu’annoncé par le courrier d’invitation ce sont deux journées bien chargées qui attendent les participants, entre visites et découverte de la région et bons moments partagés entre passionnés autour de leur dénominateur commun, la liqueur des Pères Chartreux :
  • Buffet montagnard pour débuter après une Chartreuse mule en terrasse sous les auspices de la fraîcheur ensoleillée des sommets. Belle ambiance d'office autours des tablées et au dessert avec l’ouverture de premiers beaux flacons par des convives, si bien l'on prît un peu de retard dès la première étape...
  • En bus, direction le désert de la Grande Chartreuse pour une visite express du musée de la Grande Chartreuse, suivie d’une promenade jusqu’au monastère et même, pour les plus courageux, une petite ascension jusqu’à la fameuse croix qui le surplombe. Un bol d’air frais et de silence. De retour au bus, nouveau retard, et comme diraient certains « Il n’y a pas de hasard »…
  • Découverte du chantier (en cours de finalisation) de la nouvelle distillerie à Aiguenoire. L’occasion d’avoir un aperçu des travaux et de la configuration des lieux et le privilège de bénéficier d’une visite commentée par Bertrand De Nève lui-même ! Ancienne ferme traditionnelle, nouvelles salles de fabrication de la liqueur, cave de vieillissement…  Ces nouvelles installations marquent un jalon dans l’histoire de la liqueur.
  • Retour à l’hôtel pour un apéritif à base de Chartreuse verte, Campari et élixir végétal avant de passer à table autour du grand loto présidé par le bon Philippe. Le diner made in Dauphiné  une fois conclu, les hostilités pouvaient débuter !
  • Comme le veut la tradition des Fous de Chartreuse, chacun a pris soins de ramener de beaux flacons à partager et à déguster. Ces présents disposés sur une table firent briller les regards et crépiter les flashs. S’en suivi une intense et prolongée séance de dégustation ponctué de commentaires et autres exclamations. On n’était pas loin de l’exégèse…
  • Les cruches d’eau de source n’y firent rien, le petit déjeuner commençait  à 7h… mais étonnamment personne ne commanda de Green Chaud.
  • Le lundi matin nous partîmes pour une toujours émouvante descente aux caves de Voiron. Nous avons l’occasion de rencontrer les hôtesses d’accueil et l’équipe des achats, toujours fort sympathiques. Et nous avons eu la chance de visiter la chaine d’embouteillage en activité et chacun pu cirer la flask de liqueur jaune remise à chaque participant pour l’occasion.
  • Dernier déjeuner à Grenoble pour un ultime moment convivial autour de la cuisine du Dauphiné qui nous a régalés ! Découverte du vin de noix  des Chartreux et de la gentiane nouvelle recette et nouvelle présentation. Le moment était venu de nous quitter sur le quai, avec une pensée pour Thierry qui à coup sûr aurait apprécié ces bons moments !
Mille mercis à Philippe et Bruno des caves Bossetti ainsi que Philippe Bonnard et Chartreuse Diffusion pour ce voyage riche en émotions et en très bons moments. Quant aux Fous de Chartreuse, rendez-vous le 7 octobre prochain !

NB : D'autres photos seront mises en ligne prochainement...

Voir aussi :