jeudi 19 septembre 2019

Santa Tecla 2019

L'édition 2019
La Santa Tecla se tient cette année du 13 au 24 septembre à Tarragone. L'affiche représente un casteller, une des figures emblématiques des fêtes et de son folklore populaire traditionnel. Ils forment les “châteaux”, ces fameux empilements humains si caractéristiques, qui peuvent atteindre jusqu'à neufs étages. Ces castellers sont constituées à la manière d’associations de quartier, il y en a quatre équipes dans la ville, portant chacune une couleur distinctive...  En arrière plan on reconnaît la rosace de la cathédrale de Tarragone.

Cuvées spéciales
Comme chaque année, des cuvées spéciales de Chartreuse Jaune et Verte sont produites à l’occasion de la Santa Tecla, la jaune titrant 43° depuis la fin des années 2000. Les bouteilles portent l'affiche officielle en contre-étiquette et sont destinées au marché catalan. A venir découvrir en dégustation le 12 octobre prochain aux caves Bossetti !
 
 
En 2019 on commémore également les 25 ans des barrilets, ces récipients destinés à la mamadeta, un assemblage local de chartreuse et de granité : "La beguda de les fetes", la boisson pour ainsi dire officielle des festivités.
 
 
Voir aussi :

jeudi 12 septembre 2019

Dégustation le 12 octobre

Le grand festival du club des Fous de Chartreuse aura lieu le samedi 12 octobre prochain aux caves Bossetti. Selon un format en partie renouvelé et centré sur la sortie de l'ouvrage "Chartreuse la liqueur", ce sera aussi l'occasion de commémorer les 20 ans du Club des Fous de Chartreuse.

Au programme donc, séance de dédicaces du livre, dégustation de Chartreuse et autres produits des Pères et bien entendu un moment de partage et de convivialité entre amateurs.

En dégustation, 11 jéroboams avec comme toujours de bien belles pièces : les cuvées des Fous de Chartreuse éditions 2019 et 2018, des exemplaires uniques de Santa Tecla 2019 et... une cuvée du Docteur Berger, un assemblage de VEP mise 2012.
 
 
Retrouvez le programme détaillée sur le site des caves Bossetti et venez nous rendre visite le 12 octobre.
 
Voir aussi :

dimanche 8 septembre 2019

Formats peu communs d'élixir végétal

En matière d'élixir végétal l’insolite n’est jamais bien loin. Après les objets promotionnels, aperçu de présentations peu communes du fameux flacon des Pères Chartreux au travers des époques.

La taille du flacon varie
On connaît le format désormais classique de 10 centilitres, il en fut d’autres. On constate notamment des flacons de 8 centilitres pour le marché français dans les années 1960, puisque la mention Chartreuse Diffusion n'apparaît pas, et ultérieurement sur le marché italien, cf. photo ci-dessous. Il y avait également différentes contenances lors de la période Tarragone et plus anciennement, la gamme du début du vingtième siècle comptait une déclinaison en 8, 12, 16 et 20 centilitres aux tarifs de 2 à 5 francs. Enfin le produit fut décliné en de très petites fioles, vraisemblablement dans les années 1904-1920...



Format flask
Ce rare format de 20 centilitres fait référence aux contenants métalliques que l’on peut glisser dans une poche et ainsi aisément transporter.
Il est plus traditionnellement destiné aux liqueurs jaunes et vertes, si bien que l’on peut se questionner quant aux circonstances de production de cette version pour l'élixir...

"DIGESTIF", titrage 71° en rouge, "Cie Fermière de la Grande Chartreuse"
L’étui se décline
Si le conditionnement dans un étui caractéristique en bois est une constante dans la présentation de l'élixir depuis le dix-neuvième siècle, il y a comme chaque fois des exceptions à la règle… Du fait de pénuries et rationnements, durant la deuxième guerre mondiale, l’étui fut remplacé par un cylindre en carton. Plus tardivement, une série en étuis de polystyrène au design propre fut commercialisée  priori à destination des pharmacies, puis en 1979 et de façon provisoire, des étuis plus classiques mais en plastique...

Etui polystyrène, étiquette rouge, flacon 8cl marché italien et étui en plastique 1979 100ml

 
Outre les variantes dans les mentions des étiquettes et les différents livrets insérés avec les flacons des Pères Chartreux, il faudra encore s’intéresser aux slogans et arguments commerciaux mis en oeuvre pour promouvoir l’élixir au fils du temps...

Voir aussi :

lundi 15 juillet 2019

Au Musée Dauphinois, se tenait du 29 mars au 29 juin l'exposition "L'ivresse des Sommets" consacrée aux eaux-de-vie, liqueurs et autres breuvages des Alpes !

"Chartreuse, génépi, absinthe, gentiane, Cherry et tant d’autres, tous ces spiritueux dont la renommée dépasse largement nos frontières, sont nés sur ce territoire et résultent d’une alchimie de la flore alpine et de savoirs ethnobotaniques hérités de longue date. Les systèmes productifs - monastiques, domestiques, artisanaux ou industriels - appartiennent à notre patrimoine agro-alimentaire alpin. Mais un patrimoine bien vivant puisque aujourd’hui, relancées par les sports d’hiver et le tourisme de montagne, les distilleries en Dauphiné et en Savoie constituent l’un des fleurons de l’économie régionale."


Une exposition riche et illustrée de nombreux objets de collection, vieilles bouteilles et publicités anciennes, dans une scénographie variée et colorée, illustrant le constat que "les liqueurs ont donné naissance à une riche culture iconographique et matérielle".
 
Par construction la part belle est faite à la liqueur des Pères Chartreux avec d'anciens flacons et documents promotionnels et des références à la liqueur cartusienne dans la culture populaire... "Grâce aux collections rassemblées exceptionnellement  et à la collaboration des entreprises et de spécialistes, l’exposition approfondit la connaissance de la culture des alcools, les innovations résultant de l’histoire du goût et l’évolution des modes de consommation au cours des siècles".

C'est notamment l'occasion d'en savoir davantage sur le processus de fabrication des étuis en bois de l'élixir végétal :
 
Les différentes étapes de la fabrication des étuis d'élixir
 
... et sur la datation des étuis dits "bûche de bois" pour l'emballage de liqueur de chartreuse jaune ou verte (1976).

Enfin une exposition attenante dédiée aux Jeux Olympiques de Grenoble de 1968 faisait également référence à la chartreuse via les mignonnettes spécialement conçues pour l'occasion et désormais objet de collection, plus abordables que les cuvées de VEP...
 
 
Voir aussi :



dimanche 10 mars 2019

Ensemble promotionel à destination des cavistes (1960's)

Bel ensemble déniché par Alain, un collectionneur averti. Il s'agit d'un lot encore conditionné dans son carton d'origine intact  et qui présente le double intérêt d'être un ensemble complet de produits publicitaires usuellement rencontrés individuellement et, qui plus est, en état neuf.
 
On y trouve un assortiment d'objets promotionnels divers et de PLV - publicité sur le lieu de vente - à destination de cavistes et autres distributeurs professionnels :
  • Des bouteilles factices de liqueurs jaunes et vertes
  • Une PLV cartonnée pour mettre en valeur les bouteilles
  • Des cartons décoratifs à apposer sur les flacons "Chartreuse aux herbes des montages" et d'autres en forme de verres promouvant le dégustation  "... à la glace pilée"
  • Un livret publicitaire détaillant l'histoire des liqueurs de Pères Chartreux et des recettes de cocktails.
  • Une affiche reprenant une étiquette bicolore de la chartreuse
  • Des supports cartonnés pour afficher prix des différentes liqueurs
Ce lot illustre donc les moyens publicitaires mis en œuvre à une période donnée, en l'occurrence la période des années 1956-1964 au vu de la présentation des bouteilles.
On note la cohérence visuelle entre les différentes déclinaisons avec l'évocation de la Grande Chartreuse, de ses caves et montagnes et également la mise en avant de caractéristiques identitaires de la liqueur des Pères Chartreux et sa composition notamment son "long vieillissement" et ses "fines eaux-de-vie de vin" !
 
Remarque de la personne qui a ouvert le carton : "Les cavistes devaient « rendre » à Chartreuse les décors de vitrines après utilisation. C’était indiqué sur les notices." 
[ Merci à @alain.pras_ !]

mercredi 28 novembre 2018

Dégustation automne 2018

Ce samedi 6 octobre, jour de la Saint Bruno, on célébrait une fois encore la chartreuse aux Caves Bossetti ! Une formule en partie renouvelée mais toujours dans la bonne humeur et avec une forte affluence. Compte-rendu.
 

  • Les cuvées en dégustation : plus d’une dizaine et tout en jéroboams, s’il vous plaît. Des exemplaires uniques, Santa Tecla Jaune 2018 et une pièce sur-mesure la Beaudétale, jaune savoureuse en l’honneur du grand ordonnateur de la journée. Une édition très limitée de jaune en bouteille cuivrée, produite en l'occasion de l'inauguration de la distillerie d'Aiguenoire, ainsi qu'une Carbone 2018 verte. Trois cuvées des Fous de Chartreuse, 2016 (le dernier 3L), 2017 (idem) et 2018 une jaune de haute volée dans la lignée de la précédente. Et aussi : liqueur du 9ème Centenaire, M.O.F., Verte 1605 et Génépi !
  • Comme chaque année l’équipe des caves a réalisé une très belle vitrine, riche et joliment agencée.
  • Un atelier élixir, tisanes et herbes, le soin par les plantes en somme.
  • Un nouveau type de buffet, autour d'une meule de 30kg de Laguiole AOP, à partir duquel des restaurateurs partenaires ont composé des créations culinaires : chutney ananas ou mirabelles, duxelle de cèpes (coup de cœur), pickles, condiments fumés... On vous laisse deviner le dénominateur commun entre les plats.
  • Exit la pêche miraculeuse, place au jeu de l'oie du blog, conçu par un ami graphiste et non moins amateur de liqueur. Trois lancers pour cumuler des points et gagner des lots ! Aux manettes l’équipe du blog pour vous soumettre questions et défis, cadeaux à la clé.
  • Après la musique l’an dernier, place à la peinture au travers des natures mortes de l’artiste peintre Stéphane Capitrel qui exposait ses oeuvres sur le thème de la Chartreuse évidemment ! Belle rencontre.
  • Encore une fois les Fous de Chartreuse étaient au rendez-vous, l’occasion de beaux échanges autour de leur passion, des fêtes de la Santa Tecla et bien sûr de l’inauguration de la nouvelle distillerie. Il y avait également de nouveaux venus, en particulier des stéphanois et des auvergnats qui nous ont régalés de vieux flacons tarragonesques, merci !
  • Un petit tour dans quelques commerces à proximité pour découvrir les chocolats de la maison Mazet et les produits d’Un glacier à Paris, tous deux en association à la journée.
  • Rendez-vous l'an prochain :)
Un grand merci à Philippe, à l'équipe des caves  et Chartreuse Diffusion pour cette magnifique journée ! 


Retrouvez des photos dans la galerie Fous de Chartreuse et partagez les vôtres !

Voir aussi :

lundi 29 octobre 2018

Retour sur les Santa Tecla 2018

Cette année, Rodolphe, un des membres du blog était de retour à Tarragone du 20 au 24 septembre pour les Santa Tecla ! Il nous raconte son séjour :

« Le 20 septembre à partir de 19 heures, place de la Font a lieu la dégustation du “Pastís del Braç de Santa Tecla”, un gâteau monumental représentant le bras de Sainte Thècle (75 mètres soit 2000 portions). N’ayant pas encore eu la chance d'y goûter lors des éditions précédentes je me suis dirigé vers le théâtre pour être sûr d’avoir un ticket qui allait me permettre d’enfin goûter cette pâtisserie. Je n’ai pas été déçu, c’était très bon, une belle mise en jambe pour la suite des festivités !

Le lendemain avait lieu le fameux “Café, copa i puro per un duro” agrémenté d’un concert des Los YéYé sur la place del Rei. Et autant vous dire que les choses sérieuses commencent pour les amateurs de Chartreuse. Pour commencer il faut faire la queue avec en poche un duro, c’est à dire une pièce de petite monnaie en pesetas pour avoir un des 1200 verres de Chartreuse servis dans un petit verre de type shooter. Un café et un cigare, très bon remède contre la sieste paraît-il… En attendant d’y goûter rien de mieux que de siroter une petite Chartreuse épiscopale bien glacée à l’ombre des quelques arbres de la place. Ce fût également l’occasion de revoir quelques fous de Chartreuse (et de goûter à un breuvage étonnant mais bon : une jaune vieillie en fût de cognac, belle découverte.) Cette journée du 21 septembre est également celle de la “La Baixada de l’Àliga”, la descente de l’aigle et du reste du bestiaire : la Mulassa, le Lion, etc… Et comme d’habitude c'est un moment magnifique avec une ambiance superbe et une liesse populaire dont les catalans ont le secret.
 

Le 22 septembre, direction la porte del Roser pour “L’Entrada de Músics”, l’entrée des musiciens, un joli défilé des formations musicales des différents groupes des fêtes. C’était une première pour moi et c’était idéal pour se remettre des festivités de la veille. A 19h avait lieu le premier défilé de l’ensemble des parades de la Santa Tecla. J’ai eu la chance de suivre cela depuis un balcon (merci Agathe et Yoann) au niveau de la montée avant la Carrer Major, un point de vue nouveau sur le défilé, très bon moment entre pétarades des Diables, les danses des géants et les différents animaux très plébiscités par les enfants avec une petit préférence pour la Mulassa ! Vers 21h nous nous sommes dirigé vers l’école d’architecture où l’on retrouvait l’espace Santa Teca, un espace dédié à la gastronomie et à la culture. Encore une belle journée à Tarragone !
 
23 septembre, après avoir passé la nuit à faire la fête la ville se réveille de bon matin au son des instruments traditionnels, c’est le “Toc de matinades”. A 13h, encore un point d’orgue des festivités, les “Castells, torres i pilars”, soit les châteaux, tours et piliers humains. C'est toujours aussi impressionnant surtout quand tout le monde retient son souffle lorsque malheureusement il y a une chute… Pour clôturer cette journée “L’Entrada del Braç de Santa Tecla”, l’entrée du bras de la Sainte, qui déambule en tête de cortège à travers les rue de la ville toujours accompagné du reste des processions et d'officiels de la ville. L’an dernier le maire de Voiron y a participé. Pour terminer en beauté cette journée rien de tel qu’un magnifique feux d’artifice tiré depuis le bord de mer et visible depuis le “Balcó del Mediterrani” ou la “platja del Miracle”.

Nous voilà arrivé au dernier jour de ce récit, le 24, jour de la sainte Thècle avec le concours de descentes de tours humaines de la place de la cathédrale au parvis de la mairie. Puis voilà venu l’heure du grand final, “El Correfoc de Santa Tecla”, la grande déambulation d’une multitude de groupe de Diables venus des alentours en plus des locaux : un mélange de pétarades, sifflements, fumées et musiques, très impressionnant. Et pour clôturer les fêtes cela se passe sur la Rambla avec une puissante pétarade finale qui finit en feux d’artifice ! Génial et en même temps ça sonne la fin des festivités, il est temps de rentrer en France...
 
Un grand merci à Agathe et Yoann, des fous de Chartreuse de Voiron avec qui j’ai passé de bons moments, merci également à Yannick de Chartreuse Diffusion, sans oublier Rubén, un fou de Chartreuse (et de Renault 5 Turbo) qui m’a fait découvrir la ville autrement ! A l’année prochaine ! »

[Compte-rendu de Rodolphe | Cronica Santa Tecla 2018, traduction de Rubén, merci à eux]