mercredi 19 mai 2010

Chartreuses anciennes et vieilles bouteilles

Des vertus du vieillissement sur la qualité des liqueurs
Une des spécificités des liqueurs des pères chartreux réside dans le fait qu'elles se bonifient avec le temps, si bien que l'on peut considérer ce dernier comme un ingrédient à part entière de la chartreuse et de son excellence. Dès le 19ème siècle certaines étiquettes précisent que "l'âge augmente considérablement la qualité de la liqueur de la Grande Chartreuse".

Si la chartreuse connaît durant son élaboration un premier vieillissement en fûts de chêne centenaires au cours duquel la liqueur acquiert certaines de ses qualités, une de ses spécificités est que cette évolution va se poursuivre en bouteille. En règle générale, liqueurs et spiritueux une fois conditionnés n'évoluent que très peu ou pas du tout du fait de leur degré d'alcool, ce n'est pas le cas de la chartreuse qui par la richesse et de la complexité de sa recette (process à base de 130 herbes et plantes, qualité des liqueurs sélectionnées) va poursuivre son évolution quoiqu'embouteillée et se bonifier.

En effet au fil du temps la liqueur travaille et gagne en finesse, le brûlant de l'alcool s'estompe tandis que ressortent davantage des arômes secondaires plus subtils. Les jaunes, plus recherchées de ce fait, évoluent plus rapidement et de façon plus notoire, une forme de patine se développant au terme d'une quinzaine d'années. Cette évolution est moins prononcée et plus lente pour la liqueur verte à cause de ses 55°.
Une bonne illustration de l'influence du temps consiste à comparer une liqueur de base à une chartreuse VEP (Vieillissement Exceptionnellement Prolongé (en fût)), si bien que cela se passe de commentaire tant la différence est éloquente.


Les vieilles bouteilles...
En conséquence, les bouteilles anciennes sont les plus recherchées des amateurs et des collectionneurs, mais aussi des spéculateurs. Sous réserve d'une conservation adéquate et d'une bouteille non gâtée (bouchon endommagé, évaporation...), la qualité d'une vieille chartreuse est potentiellement proportionnelle à son âge.

Les conditions de conservations sont primordiales puisque elles déterminent l'évolution de la liqueur : du fait de son histoire chaque bouteille au-delà d'un certain âge est potentiellement unique.
Ceux qui ont eu la chance d'en déguster sont formels : les vieilles chartreuse représentent le summum de ces liqueurs en terme de qualité et cela constitue une expérience unique.

La datation des bouteilles se fait en fonction de la combinaison des éléments suivants :
- l'étiquette, avec plusieurs variantes et déclinaisons selon les périodes
- la forme et la contenance de la bouteille
- le type de bouchon / capsule, courte ou longue, et sa couleur
- la cartouche, relief globe crucifère dans un carré quadrilobé ou sceau ovale
- le degré alcoolique sur l'étiquette, éventuellement absent ou en surcharge rouge ou noire...

De fait de leur age, de leur rareté et de leur caractère convoité les vieilles bouteilles peuvent atteindre un cours très élevé, aux enchères ou chez des cavistes, il suffit de surveiller quelques exemplaires mis en vente sur ebay pour s'en rendre compte. Il n'est d'ailleurs pas rare de voir certaines chartreuses antérieures aux années 1940 atteindre des prix parfois bien supérieurs au millier d'euro...

13 commentaires:

  1. Tout ça est bien vrai et il est fort dommage que ce produit d'exeption devienne la proie de spéculateurs alors que la possibilité de les goûter diminue avec les collectionneurs comme vous, charmant Monsieur.

    Au plaisir d'une dégustation...

    Parfaite considération

    RépondreSupprimer
  2. Cher Ma,

    Suite à votre commentaire, je me permets, en tant que collectionneur, de vous apporter une réponse allant à l'encontre de vos sous entendus portées à la congrégation des collectionneurs de la Liqueur de la Grande Chartreuse. Ceux-ci ne sont en aucun cas responsable du prix exorbitant que peuvent atteindre certaines bouteilles anciennes. En effet, par définition, le collectionneur ne vend pas, ou rarement, ses pièces de collections, mais il en acquière. La responsabilité revient aux restaurateurs, cavistes, etc, qui pillent sans pitié de malheureux vendeurs à des fin spéculative. Ceux-ci accumulent sans scrupule les bouteilles du fameux Nectar, créant ainsi la rareté du produit, afin de les revendre des années plus tard à des prix outrant ! (je pense notamment à la commémorative 2003, dont on sait que certains en ont fait le plein)! Les collectionneurs sont donc aussi des victimes de ce système, et ce n'est en aucun cas de leur faute si certains amateurs ne peuvent en goûter !
    Cependant, un amateur intéressé et assez futé peut dénicher des bouteilles (de Tarragone par ex)à prix intéressant. Pour exemple, j'ai acheté il y a quelques mois 3 bouteilles de Tarragone pour la coquette somme de 300 € !
    Comme vous le voyez, cher Ma, il suffit simplement d'être malin et vif !
    Enfin, et pour conclure, de telles bouteilles ne doivent pas tomber entre les mains d'amateurs fou n'appréciant guère le nectar à sa juste valeur. J'entends par là, et au travers d'une expérience récente, le fait que certaines personnes, durant une dégustation, refusent de boire telle ou telle cuvée, ou refuse de participer à une dégustation verticale, pour différentes raisons (aussi insignifiantes soient-elles). Un vrai "mordu" de cette liqueur, ne peut se permettre de refuser un verre de chartreuse, quel qu'en soit la cuvée ! Et encore moins la tenir responsable des effets éventuels pouvant subvenir par la suite ! (ex, trouble du sommeil, et oui, c'est arrivé !). Une personne ayant découvert ce fabuleux nectar depuis 2/3 mois, devrait être interdit d'acquérir de telles bouteilles, celui-ci ne pouvant apprécier à sa juste valeur la magie de cette liqueur.

    Parfaite considération !

    RépondreSupprimer
  3. Déjà que refuser un verre tout court ça ne se fait pas, alors refuser un verre de chartreuse, c'est presque un crime de lèse majesté.

    RépondreSupprimer
  4. Cher Vincent,
    Je reviens vers vous concernant votre réponse à mon commentaire et suis heureux de voir que vous vous classez dans le rang des collectionneurs-amateurs et non ceux des connaisseurs. Par ailleurs, j'en profite pour vous rappeler qu'une dégustation verticale doit se faire dans le bon sens, il est totalement indécent de boire une 1605 jaune derrière une VEP et une tarragone de 1970 ( si t'en est que c'en était une...).
    Aussi, à la lecture de mon commentaire charmant Monsieur, vous remarquerez que je n'ai en aucun cas accusé les collectionneurs de spéculer sur ce nectar, mais il est dommage de voir que certains de ces derniers soient incapables de différencier ces chartreuses foncièrement différentes uniquement avec leurs papilles gustatives...alors que d'autres s'en relèvent la nuit, somnambule, pour les redécouvrir, et ce, sans aucun ornement facultatif!

    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  5. Pour apporter de l'eau au moulin de la discussion, je dirais que peu importe la cuvée, ce qui compte est le réflexe vomitoire que produit inexorablement l'ingurgitation de la liqueur des pères goitreux.

    Bien à vous, môssieur Vincent et les autres, et n'oubliez pas de serrer les dents...

    Au plaisir de vous revoir sur vos deux pieds

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,

    J'ai trouvé dans ma cave une bouteille de Chartreuse (malheureusement vide et sans étiquette), un litre, marquage gravé au sable, qui semblerais être de la série de 1878 à 1903.
    A-t-elle de la valeur ? Qui pourrait-être intéressé ?

    Merci
    pollimag@gmail.com

    RépondreSupprimer
  7. je souhaite connaitre le prix d'une bouteille de chartreuse verte ancienne sans étiquette,sur la face de la bouteille mais,une étiquette numéroté au dessus de la bouteille.je précise que la bouteille vient de d'une cave de Tarragone
    A-t-elle de la valeur
    Merci
    yesbra75@yahoo.fr

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,

    J'aimerais connaitre le prix d'une bouteille cuvée olympique de Grenoble (1968) bouteille pleine avec les anneaux olympique étiquetés. cette cuvée était limité a 4.870 bouteilles, je possède la 3.988... quelqu'un aurait-il des infos concernant la valeur ?
    En vous remerciant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Tshisai, difficile de préciser la valeur de cette bouteille qui est fort recherchée...
      Par contre il manque sa photo sur ce blog, aussi si vous pouviez m'en faire parvenir un cliché j'en serais enchanté (blogdelachartreuse@gmail.com)! Merci

      Supprimer
  9. Bonjour,

    Pour répondre à Tshisai et complété la réponse ci-dessus, il est vrai que cette bouteille est difficile à évaluer. En effet, nous n'en voyons pas beaucoup et il serait vraiment intéressant de faire parvenir au Blog des photos de cette bouteille. Est-ce possible ? Nous pourrons ainsi nous rincer les yeux à défaut d'en boire ! Merci d'avance pour votre réponse et éventuel envoi ...
    Dans tout les cas, si vous souhaitez la vendre, pas de problème, je suis preneur !!
    Bonne journée et à bientôt j'espère.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour amateurs de Chartreuse,

    Sur le site le bon coin, je viens de mettre en vente une douzaine de bouteilles de Chartreuse, toutes de Tarragone de diverses années; j'ai vécu plus d'un an là-bas mais dois me séparer de ma collection. Je suis dans les alentours de Voiron, d'où ma passion et fascination pour cette liqueur et son histoire.

    Merci et à bientôt.

    RépondreSupprimer
  11. J ai une bouteille de chartreuse de 1964 numéro 25412 combien je peut la vendre
    Merci

    RépondreSupprimer
  12. Jai une chartreuse jaune de 1969 état impeccable vaut mieux que je la garde ou que la vend ‎

    RépondreSupprimer