dimanche 16 juin 2013

Fourvoirie dans les années 1930

Le dernier acte de la production de chartreuse à Fourvoirie se déroule dans l'entre-deux-guerres.

Le retour des Chartreux à Fourvoirie
Expulsés en 1903 et dépossédés de l’exploitation de leur liqueur, les Chartreux trouvent refuge en Espagne où la production reprend sous une nouvelle appellation, à Tarragone.
Leur retour en France sera progressif. La Compagnie Fermière de la Grande Chartreuse ayant cessé complétement sa fabrication en 1929, ils recouvrent la jouissance de leur marque sur le territoire français. Toutefois la production à Fourvoirie par les chartreux ne redémarre qu'en 1932 (le retour au monastère de la Grande Chartreuse ne s’effectue qu’en 1940). Le site ayant cessé d’être exploité en 1911, il nécessite de longs et importants travaux de rénovation avant de distiller de nouveau.

La présentation de la gamme d’alors
Les bouteilles de cette période se caractérisent par leur double étiquette, celle de Tarragone et l’étiquette traditionnelle, qui ne fait plus l’objet d’une commercialisation abusive. Les Chartreux communiquent à ce sujet via les contre-étiquettes apposées sur les bouteilles.

 En parallèle la chartreuse est toujours produite en Espagne et on distingue les deux aux mentions en surimpression rouge sur les étiquettes, mentions dont la formulation et les variantes vont donner tout un jeu de déclinaisons... "JADIS - Exclusivement fabriquée aujourd'hui par les Pères Chartreux de Tarragone".

Le glissement de terrain de 1935
Le retour sera de courte durée, puisque dans la nuit du 14 au 15 novembre 1935 un important glissement de terrain va détruire une grande partie du site de production. La cause réside a priori dans la nature des sols détrempés par “des pluies torrentielles”. Les clichés d’époque illustrent l’étendue des destructions et les bâtiments ruinés seront alors laissés à l’abandon.
 
 
 
 Cependant dans la catastrophe, les caves de vieillissement ne seront pas touchées  et “par miracle, les caves et les salles contenant les alambics résistèrent à la poussée et toutes les liqueurs qui vieillissaient dans les fameux foudres de chêne furent sauvées.”
 
 
Ils constituèrent ainsi une dernière cuvée produite à Fourvoirie. Celle-ci avec, sa contre étiquettes spécifique, est à ce titre particulièrement “mythique”.
A partir de ce moment la production se fera à Voiron !

Voir aussi :

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire